Les corps à corps photographiques de Tina Merandon – Libération 2021

Dans sa série «Anima», l’artiste française Tina Merandon capte la relation fusionnelle et instinctive entre l’enfant et l’animal.


Kleyden 11 ans et la perruche Blue. (Tina Merandon/Galerie 127)

Corps à corps, jeux de cache-cache, bagarres, embrassades, ces portraits sous forme de chorégraphies décrivent la rencontre privilégiée entre le monde de l’enfance et le monde animal. Une zone de liberté et de fantaisie, où l’émotion et la beauté marquent ces moment précieux et fugaces qui échappent au regard des adultes. Mais pas à celui de l’artiste, qui nous livre ses commentaires sur cette série en cours.

Tina Merandon travaille au sein de la résidence d’artistes du Silo U1, à Château-Thierry (Aisne), à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine, jusqu’en avril 2022. Cette résidence de création est soutenue par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) et la région des Hauts-de-France.


JULIETTE 8 ANS ET SA POULE NOIRETTE 3 ANS
21 juin 2021
CHEZY SUR MARNE – AISNE – FRANCE


ANTOINE 11 ans et FLOCON CHAT SIAMOIS CROISE MAINE COON 6 ANS
21 AOUT 2021
VILLENEUVE SAINT GERMAIN – AISNE – FRANCE

«Je suis intéressée par les confrontations, on retrouve toujours des êtres qui se battent et jouent ensemble, remettant en question des limites et des territoires», décrit Tina Merandon à propos d’Antoine, 11 ans, et de Flocon, le chat siamois croisé maine coon. (Tina Merandon)


«Il existe beaucoup de zones de mystères et de contradictions. On s’interroge sur le lien à la nature, la violence et la manipulation, la domination et le respect de l’autre, la notion de liberté», explique Tina Merandon. Ici, Eva, 11 ans, et sa poule Kitty. (Tina Merandon/Galerie 127)


La photographe décrit que sa prise de vue est «hasardeuse, expérimentale, à la merci de beaucoup de facteurs dont la collaboration des êtres». Ici, Pierre, 12 ans, est photographié avec le coq Titi. (Tina Merandon/Galerie 127)


Nathaniel et la perruche Calopsitte, photographiés en 2014. (Tina Merandon/Galerie 127)


«Le corps est un objet de splendeur mais aussi un vecteur d’expression», selon Tina Merandon, qui a photographié Titouan et son coq. (Tina Merandon/Galerie 127)


Alexandra, 13 ans, avec Dragon et Bobby, des agames barbus : une espèce de sauriens, des reptiles originaires d’Australie où ils sont endémiques. (Tina Merandon/Galerie 127)


«Dans ces chorégraphies de corps mêlés, j’essaye de guider subtilement les sujets vers l’expressivité corporelle et de saisir des mouvements spontanés ou imprévus, de véritables irruptions de la matière humaine dans des sortes d’improvisations», confie Tina Merandon à propos d’Orlanne, 12 ans, et de la poule qui l’accompagne. (Tina Merandon/Galerie 127)


Valentin, 10 ans, avec une oie. «Les divers sentiments ou émotions que les humains ou les animaux ressentent dans leurs relations, sont définis à travers le mouvement et le geste», analyse la photographe. (Tina Merandon/Galerie 127)